L'actualité immobilière de l'agence AV Immobilier
30 sept

Acheter un bien immobilier à Saint-Pierre en 2017 est une bonne idée !

136-©-hd3dsh-copy

Vous aimeriez acheter un bien immobilier à Saint-Pierre ? Alors, allez-y, c’est le moment. Septembre est toujours une bonne période pour acheter, car les banques proposent à nouveau des conditions de financement très intéressantes. Surtout celles qui n’ont pas rempli leurs objectifs de production pour l’année en cours. Sans compter que si en août les taux sont restés stables et se sont établis à 1,08% sur 10 ans, 1,17% sur 15 ans, 1,39% sur 20 ans et 1,74% sur 25 ans, on ne sait pas ce que réservera 2018 !

S’il reste quatre mois avant la fin de l’année, pour les banques, 2017 est déjà presque bouclée et il est temps de préparer 2018. En effet, dès novembre 2017, les prêts qui seront demandés par les emprunteurs seront comptabilisés pour la production de l’année prochaine, car les fonds ne seront débloqués qu’en 2018… Mais on sait déjà que trois évolutions pourraient venir impacter le marché à partir du 1er janvier :

• La domiciliation des revenus va être encadrée pour une durée de 10 ans. En échange de celle-ci, les banques devront consentir un avantage individualisé qui devra être notifié. « Afin d’inciter les emprunteurs à continuer à domicilier leurs revenus qui constituent leurs ressources de demain, les banques devraient consentir des baisses de taux ou une exonération des frais de dossier, ou de certains frais bancaires, ce qu’elles anticipent comme un manque à gagner qui pourrait peser sur leur rentabilité… », explique Sandrine Allonier de Vousfinancer.com.
• À partir du 1er janvier 2018, l’assurance emprunteur de tous les crédits en cours pourra être résiliée annuellement (à condition que la nouvelle assurance propose des garanties équivalentes), avec le risque pour les banques de voir un certain nombre de leurs clients changer d’assurance. Cela pourrait entraîner également une baisse de leurs marges, d’autant que les crédits accordés ces dernières années l’ont été à des taux très bas parfois compensés en partie par la rentabilité liée à la souscription de l’assurance groupe.

• Il existe des incertitudes sur l’évolution des taux : une hausse des taux de refinancement est notamment à craindre au moment où la Banque centrale européenne décidera de modifier son programme « quantitative easing »…

C.V. / Bazikpress © hd3dsh

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée